Le dernier marocain de Guantánamo : 10 ans qu’il attend son procès – #Maroc #Morocco #Guantanamo

Mise à jour : Il paraitrait que parmi les 12 marocains de Guantanamo seulement la moitié a été rapatriée. J’espere que le gouvernement marocain pourra aider à faire la lumière sur leur sort.

10 ans aujourd’hui déjà que Guantánamo, ce trou noir du droit, existe. Les prisonniers, dont certains considérés “non jugeables” par l’administration US sont condamnés à passer le restant de leurs jours dans des cellules individuelles sans possibilité de recours.

Younous Chekouri est l’un d’eux. Ce marocain de 44 ans, natif de Safi, y aura passé 10 ans de sa vie. Il n’a jamais été accusé d’aucun crime ni traduit devant une cours de justice.

Un cable diplomatique americain datant de 2008 et publié par Wikileaks révèle que le gouvernement marocain avait expressément demandé le transfert de Chekouri de Guantanamo pour être jugé au Maroc. Une note du ministère marocain des affaires étrangère de l’époque décrivait Chekouri comme l’un des fondateurs du Groupe Islamique Combatant Marocain (GICM). Pour une raison obscure Chekouri n’a été ni extradé ni inculpé depuis.

Selon l’organisation Reprieve Chekouri aurait subi plusieurs formes de torture physique et morale lors de son emprisonnement au camp. Mais en dépit du traitement qu’il aurait subi Younous a toujours été coopératif et non violent. Son plus grand souhait serait d’être réuni avec sa femme et sa famille au Maroc.

Face à l’indifférence vis a vis du sort des prisonniers aux États Unis et dans leurs pays d’origine des ONG se mobilisent pour rappeler qu’il ne devrait y avoir aucune exception au droit des prisonniers pour pouvoir bénéficier d’un procès équitable.
Amnesty International a publié à cette occasion un rapport intitulé: “Guantánamo: Une décennie d’atteinte aux droits humains” (en anglais) ou elle dénonce “un symbole des violations systématiques des droits humains” par le gouvernement des États Unis (avec la complicité de plusieurs gouvernements dans le monde dont celui du Maroc, faut il le rappeler). “Le gouvernement américain a ignoré les droits humains” poursuit le rapport, “depuis le premier jour des détentions à Guantánamo.”
Quelques chiffres à propos de Guantánamo :
  • nombres de détenus  jusqu’à début décembre 2011 : officiellement  171, originaires de plus de 20 pays, dont quatre purgeant une peine après avoir été condamnés par une commission militaire.
  • 48 détenus ne pourront ni être libérés ni jugés, et devront être maintenus en détention indéfiniment selon l’administration Obama.
  • le gouvernement US a demandé la peine de mort contre 6 détenus.
  • depuis 2002, huit détenus sont morts à la base, six par suicide, deux par causes naturelles.
  • 779 personnes auront transité par Guantánamo depuis 2002, pour la plupart sans inculpation ni procès.
  • au moins 12 des détenus à Guantanamo avaient moins de 18 ans au moment de leur “arrestation.”

Voici une liste (non à jour) de prisonniers marocains ayant transité par le camp de Guantanamo, dont la plupart a été transférée au Maroc : http://en.wikipedia.org/wiki/Moroccan_detainees_at_Guantanamo_Bay

Une pétition est egalement disponible pour demander au président américain de fermer le centre de détention avant son discours de l’Etat de l’Union prévu le 24 janvier prochain.
Ici, une responsable d’Amnesty International rappelle la réalité de la prison de  Guantánamo  et pourquoi le président américain, malgré ses multiples promesses, ne fait rien pour fermer le camp :
A voir egalement ce film publié par Amnesty International à l’occasion des 10 ans de Guantánamo :
Advertisements

Cabled!

In a good exercise in vanity, I’m pleased to share this with you: one American diplomatic cable released by Wikileaks this week is quoting me anonymously. Here is the quote from a post published on Global Voice Online:

Summarizing the mood, one blogger on Global Voices wrote, “The end of ‘Le Journal’ signals a dangerous setback for the state of freedoms in Morocco. It pulls a thorn out of the regime’s side but it also sends a strong message to the remaining independent media still struggling to survive in an increasingly repressive environment.”

The cable sent in February 2010 from the US embassy in Rabat is reporting on the closure of a prominent Moroccan independent weekly, Le Journal, which the cable describes (quite correctly) as “the vanguard of the Moroccan independent press, serving as a potent symbol of the new face of Morocco promoted tirelessly by King Mohammed VI.”

The controversy around Wikileaks aside, the released diplomatic cables have revealed a general rule among American diplomats posted in the Arab world: they are mostly clueless about what was happening in the region, as demonstrated by a rather shallow cable on a meeting diplomats had with two prominent human rights activists in Morocco in 2009 for example.

But I must admit, this one piece of diplomatic correspondence sounded like it got it right. “When it’s in line with their own values, they get it right” commented my friend Jillian York, with whom I agree. Take a read!

Continue reading